Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualités

  • Hommage aux victimes du crash aérien du 25 décembre 2016

    unnamed.jpgHommage aux 92 personnes, artistes du choeur de l'Armée Rouge (ensemble Alexandrov) et leurs accompagnateurs, disparus dans le crash aérien du 25 décembre 2016. Ils se rendaient en Syrie pour animer les fêtes du nouvel an auprès des soldats russes.

    Mémoire éternelle.

    Ecoutez une compilation de leurs chants.

  • Assassinat d’Andrej Karlov Ambassadeur de Russie en Turquie - 19 Décembre 2016

    Heanri Paul FalavignaHenri Paul Falavigna et ses partenaires adressent leurs condoléances au peuple frère russe.

    Après des mois de russophobie, le cycle de la haine se poursuit avec l’assassinat d’ Andrej Karlov, Ambassadeur de la Fédération de Russie à Ankara, ce 19 décembre 2016.

    Nous adressons nos condoléances, et témoignons notre solidarité, au peuple frère russe.

    Les islamistes n’ont aucun respect de la valeur humaine et poursuivent l'escalade de la violence afin de provoquer la guerre.

    Assassiner un Ambassadeur est un crime contre la paix et contre la civilisation.

    Espérons que les peuples occidentaux et les journalistes s’en souviendront !

  • Dialogue Interreligieux en Russie CEI

    Jean PerrinSon Excellence Jean Perrin, premier ambassadeur de France en Azerbaïdjan, de 1992 à 1996, nous autorise à publier son récent article sur les dialogues inter religieux de la Russie avec l’islam, écrit pour le numéro 99 de la lettre d’information “Asie 21”.

    Jean Perrin est Ministre plénipotentiaire, Ambassadeur (E.R.). Chargé de mission EHESS au Bhoutan, consul adjoint à Hong Kong, en poste en Birmanie, Inde, Japon, Malaisie, Thaïlande, chef du service d'information et presse à Tokyo. Chargé d'affaires en Iran (1982-85), puis ambassadeur en Malaisie et en Azerbaïdjan, secrétaire Gl de la Conférence Internationale sur le Cambodge, représentant de l'OSCE (Estonie), président d'honneur de l'Association des amis de l'Azerbaïdjan.

    Diplomate et orientaliste , ses liens avec les populations du Caucase l’ont spontanément motivé à participer depuis 10 ans à toutes les activités de l’association d’amitiés France Ossétie - Solidarité Enfants de Beslan.

    Lire la suite

  • 13 novembre 2015 Beslan est Paris

    3 Septembre 2004

    BESLAN : 385 victimes du terrorisme

    La France est Beslan

    Memorial1.jpg

    13 Novembre 2015

    Paris : 130 victimes du terrorisme

    La population de Beslan est Paris

    Memorial_Paris.jpg

    Beslan_Paris.jpg

  • Ossétie du Sud : l'UE doit reconnaître la présidentielle

    Les pays de l'Union européenne doivent reconnaître légitime l'élection présidentielle en Ossétie du Sud, a affirmé Henri-Paul Falavigna, président de l'Association française d'amitié avec l'Ossétie, annonce ITAR-TASS.

    Il a fait partie du groupe d'observateurs internationaux qui ont assisté à Tskhinval, la capitale de l'Ossétie du Sud, au premier tour du vote dans le cadre de l'élection présidentielle du 13 novembre dernier dans le pays.

    Il a indiqué dans une interview à ITAR-TASS que les observateurs étaient présents dans les bureaux de vote dès l'ouverture de ceux-ci et qu'ils avaient constaté un taux élevé de participation. Il a affirmé que le vote avait été conforme aux normes internationales et que des représentants de chacun des onze candidats en lice étaient venus dans les bureaux.

    Un deuxième tour opposera le 27 novembre prochain les deux candidats ayant totalisé le plus grande nombre de voix : Alla Djioïeva et Anatoli Bibilov qui ont été crédité chacun de plus d'un quart des voix.

    Il a rappelé que la majorité absolue des participants aux référendums des années 1990 avait voté pour l'indépendance de l'Ossétie du Sud. Henri-Paul Falavigna a constaté que même l'opération armée lancée par la Géorgie en août 2008 n'avait pas pu enrayer l'aspiration à l'indépendance.

    Au cours du vote de dimanche dernier, le peuple de l'Ossétie du Sud a confirmé son intention de bâtir son avenir sur une base démocratique, a-t-il poursuivi.

    "L'Union européenne doit comprendre que cette volonté du peuple est légitime et doit reconnaître son droit à l'indépendance", a-t-il souligné.

    L'Association d'amitié avec l'Ossétie a été mise en place en 2004 en France après l'attaque de terroristes contre une école à Beslan (Ossétie du Nord, Russie). Cette structure, baptisée Solidarité Enfants de Beslan, organise des actions d'aide aux enfants victimes de l'attaque et à leurs parents.

    En 2008, après les bombardements de Tskhinval par la Géorgie, Henri-Paul Falavigna et les membres de son association ont propagé leurs activités à l'Ossétie du Sud également (qui, avant l'indépendance, avait fait partie de la Géorgie).

    Source : VOIX DE RUSSIE 

    vote Ossétie du Sud.jpg

    HPF en Ossétie du Sud.jpg

    Henri-Paul FALAVIGNA avec le président sortant Edouard Kokoïty 

    Henri Paul FALAVIGNA, Président de l’association d’amitié avec l’Ossétie "Solidarité enfants de Beslan", observateur de l’élection Présidentielle du 13 novembre 2011 de la République d’Ossétie du Sud, était membre d’une délégation comprenant un élu parisien du parti radical de gauche, des sénateurs polonais, des élus d’Ukraine et d’Israël, invités par le Centre de surveillance des processus démocratiques "Quorum" (www.cmdp-kvorum.org).

    Par plusieurs élections et référendum : le peuple Ossète a manifeste sa volonté d’indépendance. Le Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes a bien  la même valeur à Tskhinvali qu’à Bruxelles ? 

    Espérons que l’Union Européenne et l’Otan, qui ne reconnaissent pas actuellement les votes démocratiques des Ossètes, comprendront la légitime volonté d’indépendance de ce peuple et qu’ils accepteront pour l’Ossétie du Sud ce qu’ils acceptent au Kosovo.

    --------------------

    Страны Евросоюза должны признать легитимность выборов в Южной Осетии – глава французской ассоциации дружбы с Осетией

    ПАРИЖ, 19 ноября. /Корр. ИТАР-ТАСС Дмитрий Горохов/. Страны Европейского союза должны признать легитимность президентских выборов в Южной Осетии. Такое мнение высказал глава французской ассоциации дружбы с Осетией Анри Поль Фалавинья. Он входил в состав группы международных наблюдателей, присутствовавших в Цхинвале на первом туре голосования по выборам президента республики 13 ноября.

    “Мы находились на избирательных участках с самого начала голосования и зафиксировали высокую активность избирателей”, – сказал Анри Поль Фалавинья в интервью ИТАР-ТАСС. Голосование, отметил он, проходило в соответствии с международными стандартами, на всех участках присутствовали представители каждого из 11 баллотировавшихся кандидатов. Борьбу во втором туре президентских выборов 27 ноября поведут два кандидата – Алла Джиоева и Анатолий Бибилов, набравшие каждый более четверти голосов избирателей.

    На референдумах в 90-х годах, напомнил он, абсолютное большинство участников высказывались за независимость Южной Осетии. “Остановить этот процесс не смогла агрессия со стороны Грузии, которой республика подверглась в 2008 году”, – сказал руководитель французской ассоциации.

    Все кандидаты на президентских выборах, констатировал собеседник, высказались в поддержку независимого статуса республики. “Народ Южной Осетии подтвердил голосованием в минувшее воскресенье свое намерение строить будущее на демократических основах, – подчеркнул Анри Поль Фалавинья. – Европейскому союзу необходимо понять легитимность этого волеизъявления народа Южной Осетии и признать его право на независимость”.

    Ассоциация дружбы с Осетией была создана во Франции в 2004 году после атаки террористов на школу в североосетинском Беслане. По инициативе ассоциации, принявшей название “Солидарность с детьми Беслана”, проводятся акции помощи пострадавшим школьникам и их семьям. В 2008 году после бомбардировок Грузией Цхинвала Анри Поль Фалавинья и другие участники организации распространили свои гуманитарные проекты также на Южную Осетию.

    Source : EURONEWS

  • Sur le colloque de Sciences-Po Paris traitant de "l'état de droit en Russie" (11 avril 2011)

    Colloque Russie.jpgChers Amis,

     

    Lors du colloque de lundi 11 avril 2011, organisé amphithéâtre Emile Boutmy, par les étudiants  de l’association franco-russe de Sciences Po Paris, sur "l’état de droit en Russie" : nous avons été invités, puis bien accueillis par l’organisatrice "j’espère que vous répondrez à nos interrogations" mais très vite, Il ne nous échappe pas que les entrées sont étroitement surveillées, pas d’accès sans invitation, et que la parole n’est jamais accordée à la salle, celle-ci à plusieurs reprises tente de s’exprimer, ce sera sans succès en dépit de ses cris ! 

    André Glucksmann,  présente  les conclusions du colloque et  dénonce un pays  brutal qui ne  respecte pas les Droits de l'Homme, pour preuves : l’attaque de l’école de Beslan par l’armée russe avec des lance-flammes  et l’invasion de la Géorgie en 2008 ! 

     Nous protestons, nous n’obtenons pas la parole, et pourtant, nous avons une expertise de l’Ossétie.  

    *** Beslan : nous avons  enquêté  en 2008 avec des journalistes de l’AFP, les enfants et  les adultes survivants que nous avons interrogés, donnent le nom de "bandits" aux barbus qui les ont torturés pendant 3 jours. Ils situent la bombe qui a explosé près du panneau de basket, au fond à gauche du gymnase. La seule interrogation : comment et pourquoi a-t-elle explosé à 13 heures ? 

    *** Ossétie du Sud : deux journalistes de France3, effectuait un reportage sur les enfants à Beslan, lorsque nous avons appris le 8 aout 2008, l’invasion de l’Ossétie du sud par les géorgiens et leur bombardement de Tshinkivali. A notre demande, Les 2 journalistes : Sylvain Lequesne et son cameraman Jean-Jacques Buty, sont allés sur place le 9 aout 2008, recueillir les témoignages de la population ossète sinistrée, traitant leurs agresseurs géorgiens de "fascistes", leur reportage transmis au journal télévisé de France3 le soir même. Son DVD est à  disposition. 

    Il faut attendre la clôture du colloque pour enfin nous approcher André Glucksmann : "faites attention : vous vous décrédibilisé, et nous faites beaucoup de peine, avec d’énormes contre-vérités : à Beslan et Tshinkivali la Russie est la victime d’agressions elle ne fait que se défendre, et c’est reconnu actuellement par toutes les diplomaties". 

    André Glucksmann se  retourne vers sa voisine et nous présente Natalie Nougayrede,  journaliste du journal Le Monde : « voici la source de mon information, elle était  présente à Beslan. Elle a vu l'emploi de lance-flammes ». 

     « Oui, à Beslan, j’ai vu l’emploi de lance-flammes sur l'école par l’armée russe ». 

    Nous l’interrogeons : "à quelle heure ?". Pas de réponse… Nous lui rappelons qu’un assaut organisé et planifié ne dure pas 4 heures comme à Beslan. Lorsqu’à 13 heures les bombes des terroristes explosent, des enfants projetés à l’extérieur, s’enfuient (photos du magazine Paris Match d’une petite fille qui cherche à rentrer à nouveau dans l’école pour retrouver sa famille). Tandis que les policiers, surpris, sans prendre le temps de mettre leurs gilets pare-balle, se précipitent au secours des enfants, fendent la foule des familles (il n’y avait pas d’intervention programmée, donc pas de périmètre de sécurité). 

    Les terroristes islamistes étaient une trentaine, ingouches et tchétchènes. Pour les mettre hors de combat dans des divers bâtiments du groupe scolaire proche du gymnase, il faudra plusieurs heures et c'est là seulement que des moyens lourds ont été mis en œuvre pour éliminer les derniers terroristes. Un seul terroriste survivra, il échappe à son lynchage par les familles des enfants de Beslan, jugé il est condamné à la prison à perpétuité (en Russie un moratoire évite la peine de mort). 

    Lors des prises d’otages, Les protocoles d’assaut des forces spéciales anti-terroristes sont  toujours d'une exécution rapide.  En France le GIGN est intervenu à l'aéroport de Marseille en moins de 20 minutes….comme les israéliens à Entebbe et les groupes Alpha et Vimpel à la Doubrovka de Moscou. 

    Il ne faut pas effacer les 3 jours de tortures des enfants : dès le 1er septembre 2004, les terroristes islamistes ont assassiné des parents et des enfants et disposé des bombes dans le gymnase où leurs 1127 otages étaient entassés. Pendant 3 jours les enfants ont été torturés, obligés de survivre devant le sang de leurs parents assassinés, privés de boissons en dépit d’une forte chaleur estivale, les enfants humectent leurs bouches avec leurs urines ! 

    Le 3 septembre, les terroristes tirent sur les enfants qui s’enfuient, ici photo de Georgi Illil, une balle des terroristes reçue dans le dos, sa photo a fait le tour du monde, il est désormais parrainé par notre vice-présidente Victoria Faddeeff.

    Comme les américains à la Nouvelle-Orléans pour l’ouragan Katrina, à Beslan les russes ont été dépassés par les dimensions exceptionnelles de leur drame. 

    Les responsables ossètes avaient leurs enfants dans l'école et redoutaient une intervention. Les explosions ont surpris les autorités et il n’y a pas eu d'assaut organisé. 

    André Glucksmann : "l’état de droit n’existe pas en Russie, rappelez-vous l’agression de la Russie sur la Géorgie". 

    *** encore une contre-vérité reconnue par la diplomatie internationale : La capitale Tshinkivali a été gravement bombardée par les géorgiens lors de leur invasion d’Ossétie du sud le 8 aout 2008. Nous avons le DVD  témoignage des journalistes de  France3 en reportage en Ossétie, présents à notre demande le 9 aout 2008 à Tshinkivali, au milieu des ruines, après les bombardements de la population civile  par les géorgiens. 

    Pourquoi accuser les victimes ?  Pour tenter d’innocenter les coupables ?  Pourquoi oublier la responsabilité première  des terroristes islamistes et leurs 3 jours de tortures et d'assassinats d’enfants, qui précédent les explosions du 3 septembre 2004. 

    André Glucksmann, respectons la mémoire des enfants, innocentes victimes des terroristes islamistes à Beslan.  

     

    Henri-Paul FALAVIGNA

    Président de l'association humanitaire "Solidarité Enfants de Beslan"  

  • Le monument aux victimes de Beslan à Moscou sera créé par le sculpteur Zurab Tsereteli

    Beslan Monument.JPGLe projet de Zurab Tsereteli a été choisi à l'issue du concours annoncé le 15 mai par le gouvernement de Moscou et commandité par le gouvernement de la république d'Ossétie du Nord - Alanie.

    Le monument aux victimes de Beslan sera érigé près de l'église de la Nativité de la Sainte mère de Dieu à Kulishki. Au début, les dirigeants de l'Ossétie du Nord proposaient d'ériger le monument en face du bâtiment de l'Ossétie du Nord  sur le Boulevard de Ceinture, là où les Moscovites viennent révérer la mémoire des victimes de Beslan à chaque anniversaire de la tragédie. Mais les pouvoirs de Moscou n'étaient pas d'accord avec cette proposition.

    Il existe des monuments aux disparus de Beslan à Saint-Pétersbourg, en Ossétie du Nord, ainsi que dans la ville italienne de Saint-Marin.

     

    Le monument de Saint-Pétersbourg (photo ci-contre) a été installé le 28 août 2007 dans le square de l'église de l'Assomption de la Sainte mère de Dieu, sur l'avenue Malookhtinsky.