Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Contre le terrorisme : comprendre et agir.

visuel-colloque-248x300.jpgLe 10 mars 2017 , l'association "13onze15 - Fraternité et Vérité" des victimes des attentats terroristes du 13 novembre 2015 à Paris, a organisé une table ronde privée, salon Victor Hugo de l’ Assemblée Nationale, rue de l’Université à Paris, colloque auquel ont participé deux de ses membres associés de “Solidarité enfants de Beslan”.

La table ronde “les racines sociales , politiques et religieuses du terrorisme en France et en Europe” a débuté par une introduction de Georges Fenech, député, Président de la commission d’enquête parlementaire sur le terrorisme.

Des victimes du terrorisme s’interrogent : Pour quelles raisons la France compte autant de djihadistes ? quelle est l’importance des religions et les idéologies, dans cette démarche de mort, que les Etats et la communauté internationale ne sont pas capables de neutraliser?

Les intervenants, qu'il s'agisse de journalistes comme Sara Ghibaudo (France Inter), David Thomson (RFI), auteur du livre "Les Revenants", qui a la primauté des divulgations des terroristes, du politologue Stéphane Rozes (enseignant à Sciences Po et HEC), du philosophe musulman Abdendour Bidar ( Inspecteur Général de l'éducation Nationale) ou de psychologues comme Patrick Amoyel et Amélie Boukhobza, ont tenu un discours clair, franc et direct devant les victimes du terrorisme. 
Ils ont exposé entre autres que l'importance du sacré de la religion musulmane explique la supériorité stratégique de l’islam sur les cultures décadentes occidentales.

Les responsables des programmes de "déradicalisation" Patrick Amoyel et Amélie Boukhobza ont dit leur déception devant l'échec des programmes officiels mis en œuvre et les grandes difficultés qu'ils rencontraient pour combattre l'importance fondamentale du sacré qu'invoque l'Islam, avec pour seule arme les valeurs de la laïcité.

Les djihadistes ne sont pas tous des illettrés, nous a-t-on expliqué, puisque le niveau moyen parmi eux est supérieur à celui du bac, ce qui élimine les excuses habituelles des milieux défavorisés.

Par ailleurs, il a été noté que la repentance créait des circonstances aggravantes face a un Islam qui exige des partenaires respectables.

Pascal Boniface directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)  et Fabrice Arfi (responsable des enquêtes à Mediapart) ont présenté un tableau géopolitique particulièrement décapant de la situation actuelle, dénonçant l'insuffisance de la réflexion politique globale, face à des stratégies à long terme des islamistes. Les attentats ont pour objectif de fracturer la population et puis de la soumettre. ils ont aussi condamné les imprécisions de la stratégie de lutte contre le terrorisme et signalé dans ces conflits l’importance de la conquête de l’opinion publique; par exemple, les frappes dites " chirurgicales " tuant beaucoup plus de civils que de terroristes peuvent être contre productives.

L'auditoire, composé presqu'exclusivement de victimes du Bataclan, s'est montré vivement hostile aux journalistes, notamment à Nicolas Henin (journaliste, ancien otage des terroristes) lorsqu'ils ont évoqué le problème syrien, soulignant que les échecs en Irak et en Libye ne devait pas servir de modèles pour régler la situation en Syrie et que la mise a l'écart de Bachar el Assad ne constituait pas une bonne méthode pour rétablir la paix.

De cette journée de débats, nous avons particulièrement retenu que le terrorisme islamiste sera très difficile et très long à éradiquer. En particulier, en raison de l’énorme déséquilibre entre les civilisations occidentales respectueuses des droits de l’homme et ne proposant comme idéal que le bien-être matériel, et le monde musulman où la religion promet le bonheur éternel; dans une telle guerre asymétrique, l'importance culturelle du sacré, certes dévoyé, peut lui donner l’avantage.

Georges Salines, président de l'Association, a conclu cette journée intense et passionnante en annonçant la prochaine table ronde qui sera consacrée aux moyens de la lutte anti-terroriste. En gage d’amitié, nous lui avons offert le livre d’ Yvan Blot, Le Terrorisme Islamiste, livre dédicacé à son nom.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel